• Loin de la Rue - chapitre 8

     

    loin
     
     
    CHAPITRE 8




    Alice reprenait des forces mais le médecin lui avait ordonné de rester encore quelques jours au chaud. Bon c’est vrai que j’ai insisté un peu pour qu’il lui donne ce conseil.

    Lorsque je suis entré avec le plateau de son repas elle était debout devant la fenêtre et regardait le vas et vient de la rue.

    - Je connais ce quartier, me dit-elle. Ce n’est pas loin de la librairie.

    - Oui, en effet mais je ne suis là que depuis quelques mois.

    - Où habitiez-vous avant ?

    - Plus loin dans les montagnes.

    Elle s’est retournée vers moi.

    - Merci de m’avoir sauvé, me dit-elle d’une voix sûre. Je ne pourrais pas vous rembourser pour le médecin, les médicaments.

    - Mais je n’ai rien demandé. Allez manger pendant que c’est encore chaud. Je reviendrais plus tard.

    - Attendez. Vous voulez quoi de moi ?

    - Rien ! Absolument rien ! lui dis-je un peu en colère.

    - Je ne voulais pas vous blessez, je n’ai pas l’habitude d’autant d’attention. Je ne vous gênerais plus très longtemps, je partirais dès que possible.

    - Vous n’êtes pas obligés. Il fait de plus en plus froid dehors alors si vous voulez passer quelques temps chez moi il n’y a pas de problèmes. J’ai deux chambres et je vis seul. Un peu de compagnie ne serait pas de refus mais en toute amitié.

    - Non ! Je préfère partir.

    - Vous êtes encore fragile pour dormir dehors.

    - Oui je dors dans la rue. Qu’est-ce que ça peut vous faire ? Vous avez pitié alors pour votre conscience vous me faites cette proposition. Mais je ne veux pas de votre pitié, je ne veux rien devoir à personne.

    - Si vous croyez que j’ai pitié et bien vous avez tort, ce n’était qu’une main tendue rien d’autre.

    Elle m’avait blessé dans ses paroles plus que je ne l’aurait voulu. La colère se répandait dans mes veines à grande vitesse mais je savais me contrôler pour faire taire l’animal qui se cachait au fond de moi.

    Je la laissais et fermais la porte de la chambre espérant qu’elle n’est rien vu de ma colère.

    J’ai attendu plus de deux heures avant de retourner dans la pièce. Elle dormait recroquevillée dans la couette ayant certainement épuisée sa réserve de force qu’elle avait, lors de notre altercation.

    Je n’avais pas trouvé les bons mots et je m’en voulais.

    Je rangeais le plateau et sortais de la chambre alors qu’elle se réveillait.

    - Est-ce que vous savez où est le loup ? me demanda-t-elle si brusquement que j’ai failli lâcher ce que je tenais.

    - Non. Je le vois lorsque je vais plus loin dans le bois quand je fais mon sport quotidien. Et vous ?

    - Il veille sur moi chaque nuit.

    - C’est étrange pour un loup.

    - Oui c’est aussi ce que j’ai pensé. J’ai senti sa présence l’autre soir mais je n’arrivais pas à ouvrir les yeux, je me voyais partir alors que je l’entendais gémir.

    - Et il s’est posté devant moi alors que je rentrais chez moi. Il était agité et j’ai fini par le suivre. Et je vous ai vu brulante de fièvre et inconsciente. C’est pour ça que je vous ai porté jusqu’ici.

    - Vous m’avez transporté tout le long du chemin ? me dit-elle presque admirative.

    - J’aurais marché jusqu’au bout du monde avec vous dans mes bras si c’était la seule chose à faire pour vous sauver.

    Elle n’osait pas me regarder. Pourquoi avais-je sorti ça ? C’était une évidence elle me fuirait maintenant.

    - Est-ce que vous voulez un peu sortir de cette pièce ? Je peux vous aider à aller jusqu’à mon canapé. Vous aurez le choix entre lire un livre ou regarder la télé.

    - Peut-être plus tard. Je voudrais me reposer.

    - Très bien. A tout à l’heure. Ah j’oubliais, je suis désolé pour mes paroles de tout à l’heure, je ne voulais pas m’emporter.

    Je fermais la porte, transportait le plateau dans la cuisine.

    Il me fallait être patient, la tâche serait rude.
    Un autre problème me trottait dans la tête, mes mensonges concernant le loup.

     

    loinrue1

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :