• Loin de la rue - chapitre 22

     
     

    loin
     
    Chapitre 22
     

    Matthiew




    Je tournais en rond dans ma chambre, je trouvais le temps long en attendant Alice. J’aurais dû les suivre mais je savais qu’Alice m’en aurait voulu de ne pas avoir confiance. Je saurais dès qu’elle franchirait la porte si mon père avait été odieux avec elle. Elle ne pourrait pas me le cacher, je le lirais dans ses yeux.

    - Matthiew ! Matthiew !

    Je me précipitais dans la pièce principale et je suis tombé nez à nez avec celui que je croyais être mon ami.

    - Nathan, qui y’a-t-il ? C’est Alice c’est ça ?

    - Oui, viens vite. La meute est en train de lui faire peur. Je suis désolé mais là je n’avais pas le choix, ils vont beaucoup trop loin, je ne veux pas participer à ça.

    - Où sont-ils ? Et mon père pourquoi ne les a-t-il pas arrêtés ?

    - Matthiew !

    - Ne me dis pas que ce sont les ordres de ce vieux fou ?

    - Ne perdons pas de temps.

    Je sentais le sang bouillonner en moi. Il ne m’a fallu que quelques secondes pour me transformer sous ma condition de loup. Il m’était plus facile sous cette forme de retrouver Alice et surtout j’allais beaucoup plus vite.

    Je n’arrivais pas à croire ce que j’avais devant les yeux. Alice était terrifiée. Les loups tournaient autour d’elle alors qu’un se détachait du lot pour la bousculer mais sans pour autant la faire tomber.

    J’ai fait un bond afin de me retrouver à l’intérieur du cercle, juste devant Alice afin de la protéger.

    J’essayais tant bien que mal d’entrer dans les pensées de mes congénères. Ils avaient eu des ordres. Pour eux Alice devait partir, elle n’était pas de notre monde et ne ferait jamais partie de la meute.

    Ils sont complètement cinglés. C’était comme si on avait embrouillé leur cerveau. Je ne les reconnaissais plus, il me semblait que petit à petit ils redevenaient sauvages. C’était clair pour moi qu’ils n’étaient plus aussi humains qu’auparavant. Mon père était responsable de leur état. Je savais depuis longtemps qu’il était dur et exigeant mais sa soif de pouvoir, de suivre à la lettre les anciennes religions, les anciennes lois de nos aïeux le rendant intransigeant et lui avait fait perdre l’esprit.

    Je grognais suffisamment fort afin que tout le monde puisse comprendre mes intensions.
    Certains ont reculé pour disparaitre enfin derrière des bosquets, d’autres ont tenté d’avancer vers moi, vers Alice, mais c’était sans compter mon regard qui en disait long.

    Ils ont fini par céder eux aussi et c’est alors que j’ai remarqué qu’il ne me restait qu’un seul adversaire Kurt bien sûr.

    J’ai poussé Alice afin qu’elle comprenne qu’elle devait se mettre à l’abri.

    - Non Matthiew ! Je t’en supplie ne fais pas ça. Il va te tuer. S’il te plait je ne pourrais pas le supporter.

    Je savais qu’elle disait vrai et que je ne devais pas me laisser guider par la colère. Je me suis tourné vers elle et elle s’est accroupie afin de me prendre dans ses bras enfin disons qu’elle avait passé ses bras autour de mon cou et elle avait posé sa tête contre la mienne.

    Elle avait gagné je l’incitais à se lever et à me suivre sur le chemin du village.

    Kurt en avait décidé autrement et m’a sauté dessus par derrière propulsant Alice sur le côté dans un cri. Je me débattais alors que je voyais Alice se relever péniblement. Elle n’avait rien de grave c’était le principal.

    Une bagarre entre loup est quelque chose d’assez spectaculaire. Chaque adversaire enfonce ses crocs dans la chair de l’autre, s’agrippant, roulant sur le sol. Tout va très vite et en général c’est assez violent. J’essayais de ne pas penser à Alice. Je savais qu’à la moindre faiblesse de ma part Kurt aurait l’avantage. Et je ne devais en aucun cas lui faire ce plaisir. Et puis j’avais quelques comptes à rendre avec lui.

    Je ne savais pas depuis combien de temps nous nous battions. Aucun de nous ne voulait lâcher prise. J’avais mal partout et je perdais beaucoup de sang. Je savais à l’odeur que Kurt était bien plus mal en point que moi mais je savais aussi qu’il n’abandonnerait pas pour quelques blessures.

    Et puis j’ai eu de la chance, enfin si on peut dire Kurt avait lâché mon cou afin de prendre un peu plus de prise. C’est alors que je me suis débattu fortement le propulsant de mes pattes arrière. J’ai réussi à me relever avec du mal et j’ai vu son corps gisant sur le sol car il avait repris sa forme humaine. Je me suis approché. Poussant le corps de mon museau, j’ai su qu’il était mort, je l’avais tué.

    Je me suis alors tourné vers l’endroit où devait se trouver Alice. Je l’avais presque oublié pendant le combat. Mais malgré la nuit claire et la lune brillante je ne la voyais pas, elle n’était plus là.

    J’allais courir vers le village mais je devais être plus faible que je ne le pensais car ma vue se brouillait et j’ai sans aucun doute perdu connaissance alors que des hurlements me parvenaient aux oreilles.

     

    loinrue3

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :