• Loin de la rue - chapitre 18

     
     

    loin
     
     
    Chapitre 18




    Mon père n’avait pas changé. Il était toujours le même. Quelque part ça me réjouissait de le revoir mais d’un autre côté je savais que les choses n’avaient pas changé. Sa priorité la continuité des traditions pour le soi-disant bien être de la meute.

    - Pourquoi tout ceci, père ? dis-je légèrement en colère.

    - Bonjour fils. Assieds-toi.

    - Je veux voir Alice.

    - Elle est encore inconsciente mais elle va bien. Nous avons du temps pour parler.

    - Non ! Je vais la rejoindre que tu le veuilles ou non.

    Je me suis dirigé vers mon ancienne chambre. J’ai pris le temps de fermer la porte derrière moi et je me suis dirigé vers mon lit, là où se trouvait Alice.

    - Alice ! Alice ! Réveille-toi, lui dis-je tout bas en lui caressant la joue.

    Elle a ouvert les yeux difficilement, dans un état second, entre la conscience et l’inconscience.

    - Matthiew ? dit-elle hésitante.

    - Oui, je suis là avec toi. Je suis désolé pour tout ça. Je ne voulais pas te créer de problèmes.

    Elle essayait de s’assoir sur le lit et je me levais pour l’y aider.

    - Il y avait trois hommes et une femme cachés dans l’appartement. Je n’ai rien pu faire. D’ailleurs je ne sais pas si j’arriverais à les reconnaître j’étais déjà dans le brouillard quand ils m’ont fait face.

    - Je sais.

    - Où sommes-nous ? Je ne reconnais pas l’endroit et pourtant il y a quelque chose qui me semble familier.

    - Nous sommes chez mon père et cette pièce est mon ancienne chambre.

    - Oui ! Exact ! Je reconnais ton odeur et puis ici aussi tu as des petites sculptures de loup. Mais là n’est pas la question, pourquoi sommes-nous ici ?

    - Mon père est le chef d’un clan et il veut me récupérer. Il veut que je lui obéisse.

    - C’est à cause de ça que tu es parti ?

    - Oui pour une grande majorité.

    - Tu me caches quelque chose ? me dit-elle en me fixant.

    Je lui racontais pour le mariage, Mya, le fait qu’elle n’était qu’une enfant. Elle a écouté sans rien dire, ce qui n’était pas spécialement dans ses habitudes.

    J’étais étonné de son calme. On l’avait enlevé et emmené dans un endroit inconnu et elle le prenait bien. Du moins en apparence. Je commençais à la connaitre et après l’étonnement c’était plutôt de la fierté que je ressentais. Elle avait une capacité étonnante à cacher ses sentiments, ses peurs. S’en était quelquefois effrayant. Je me demandais combien de temps il lui faudrait pour réagir.

    - C’est dégoutant, me dit-elle au bout de cinq minutes. Comment on peut forcer une jeune fille d’à peine 16 ans à se marier à un inconnu ?

    - Son père avait un accord avec le mien, un peu comme un pacte. Je l’ai trahi en m’enfuyant et ça fait un plus de deux ans que n’avais vu ma famille.

    - Nous avons eu le même parcours sauf que toi tu as pris les bonnes décisions et moi non.

    - La différence c’est que ma mère m’avait laissé pas mal d’argent à sa mort ce qui m’a permis de faire certains choix. Est-ce qu’un jour tu me diras ce qui s’est passé dans ta vie ?

    - Un jour certainement. Laisse-moi du temps.

    - Tout ce que tu veux ! lui dis-je en passant le dos de ma main de sa tempe à son menton m’électrisant par la même occasion.

    - Est-ce que l’on va me faire du mal ? demanda-t-elle brusquement.

    - Non ! Je les empêcherais, il ne t’arrivera rien. Ils ont juste besoin d’un moyen de pression pour que je revienne.

    - Et ?

    - Et quoi ? Tu sais très bien maintenant mes sentiments. Ce baiser te l’a montré, non ?

    - Oui, me dit-elle en s’approchant dangereusement de mon visage.

    Elle m’enlaçait fébrilement passant ses bras autour de moi. Elle se lovait contre mon torse faisant battre mon cœur un peu plus vite.

    Puis elle s’est reculée légèrement et m’a déposé un baiser sur mes lèvres, puis deux, puis trois, jusqu’à ce que je n’arrive plus à me contrôler.

     

    loinrue2

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :