• Le pouvoir de l\'Iris - chapitre 25

     
     

    iris
     
     
    CHAPITRE 25




    Je terminais de m’installer dans la chambre de Raphaël, enfin dans ce qui était maintenant notre chambre. Je vidais mes bagages, mettais sur les étagères ce qui me tenait à chœur. Je faisais de la place dans la salle de bain et trouvais de la place sur une commode pour me faire un semblant de coiffeuse.

    Sur la table de nuit je déposais l’album photo de ma vie d’avant. Je le feuilletais encore lorsque Raphaël est entré dans la pièce.

    - Tu as trouvé de la place pour tes affaires ? me demandait-il en se penchant pour m’embrasser dans le cou.

    - Oui. Tu es un amour.

    Il me regardait d’un air triste et me caressait la joue.

    - Ils te manquent ?

    - Bien sûr, ce sont mes parents. Je …. Enfin j’aurais tellement voulu que ça se passe autrement.

    - Tu aurais voulu ne jamais me rencontrer.

    - Non ! Je t’aime ! Seulement l’histoire de mes parents, juste cette partie là aurait dû être différente. Ils ne se souviennent même plus avoir eu une fille, finis-je par dire en pleurant.

    - C’est beaucoup trop pour toi tout ça ? Il n’y a pas que tes parents. Dis-moi la vérité. Je ressens ta peur, tes inquiétudes aussi. C’est pour tout ce que tu viens d’apprendre ?

    - Un peu c’est vrai. Je suis quoi moi ? Je ne suis plus humaine, je ne suis pas encore un vampire. Je ne sais pas à quoi j’appartiens. Je suis un peu perdue.

    - Tu es ma femme ne l’oublie pas. Donc tu es quelqu’un et quelqu’un d’important à mes yeux. Tu veux qu’on parle d’autres choses ? Des enfants peut-être ?

    - Comment ça peut être possible ? Je croyais que les vampires ne pouvaient pas faire des enfants à des humaines. Je m’étais fait à ce fait. Et maintenant on me dit que je vais bientôt être mère, de jumeaux en plus. Comment je dois prendre les choses. Tu sais ce que ça implique. Bien sûr si nous sommes tous les deux des vampires nous pourront les protéger mais que seront-ils exactement. Est-ce qu’on doit s’inquiéter de ce qu’ils pourraient faire ?

    - Chut ! Nos enfants ne sont pas encore nés. Chaque chose en son temps. Je te promets de réfléchir à tout ça et nous en reparlerons. Tu sais je n’avais pas envisagé cette vie là pour moi. J’étais libre, j’avais mes concerts, ma musique. Et maintenant je dois combattre contre les vampires, je suis à la tête d’un monde qui jusqu’à présent me faisait horreur et j’ai des responsabilités que je n’avais pas demandé.

    - Tu es marié et tu vas être père !

    - Je suis mariée à la femme que j’aime et même si je ne l’avais pas envisagé je suis heureux d’apprendre que tu vas me donner ce que je croyais perdu à jamais.

    - Tu es prêt à tout ça ?

    - Non, mais nous allons y faire face ensemble, tous les deux. Mes sentiments sont toujours aussi fort. Notre histoire est peut-être écrite mais notre destin c’est nous qui le contrôlons. Viens-là ! me dit-il en s’allongeant sur le lit.

    Je me blottissais dans ses bras. Je n’avais jamais envisagé Raphaël comme un être froid. Nous étions tellement fait l’un pour l’autre que je n’avais jamais ressenti cette différence. Mais depuis quelques jours j’avais eu l’impression que sa peau était plus chaude, à moins que ce ne soit la mienne qui devenait plus froide.

    Je serais restée des heures comme cela contre son corps mais c’était sans compter Calum qui frappait comme à son habitude à notre porte.

    - Raphaël ! Réunion d’urgence dans le salon dans cinq minutes.

    - J’arrive !

    - Qu’y-a-t-il ? demandais-je en me redressant.

    - Rien ! Reste là ! Plusieurs personnes doivent venir ce soir. J’espère avoir des nouvelles d’Hector. Promets-moi de ne pas te montrer. Je ne veux pas te mettre à l’écart de ce qui se passe mais je ne veux pas que tu sois inutilement en danger. Ces personnes je ne les connais pas, ils sont peut-être envoyé par Hector tu comprends ?

    - Oui. Vas ne sois pas en retard. Je te promets de rester sage.

    Il m’embrassait fougueusement avant de partir rejoindre ses amis.

    Je m’apprêtais à aller prendre une douche avant d’aller me coucher, la journée avait été longue et la fatigue commençait à se manifester. Claire a passé sa tête à la porte me demandant si elle pouvait me tenir compagnie. Je n’avais pas trop envie de me retrouver seule avec elle mais je me doutais qu’elle avait été congédié elle aussi.

    - La réunion ? demandais-je.

    - Pas le droit d’y assister.

    - Bienvenue au club !

    - Tu t’apprêtais à te coucher ? Je suis désolée, je peux partir si tu veux.

    - Non ça va aller. Du moins pour le moment.

    - Tu n’es pas très ravie de ma présence on dirait ?

    - Disons que je suis devenue méfiante ces derniers temps.

    - Tu as des questions me concernant n’est-ce pas ?

    - Puisque c’est toi qui en parle, oui. Je voudrais savoir ce qu’il y a eu entre toi et Raphaël.

    - Rien. Absolument rien. Oh si il n’y avait eu que moi bien sûr que oui mais il était déjà à cette époque réticent à vivre une histoire d’amour.

    - Tu es amoureuse de lui ?

    - Je l’ai été, mais c’est terminé depuis quelques années déjà. J’étais jeune, il m’éblouissait.

    - Tu peux me raconter votre histoire ?

    - Tu ne vas pas m’arracher les yeux, me demanda-t-elle dans un sourire.

    - Non ! Enfin ça dépend de ce que je vais apprendre, lui répondis-je dans le même état d’esprit.

    Nous nous sommes installés sur le sol prenant les oreillers et les coussins que l’on pouvait trouver. Je ne voulais pas la voir sur le lit que je partageais avec Raphaël. Elle me laissait faire sans poser de questions. J’étais sûre qu’elle avait compris.

    Raphaël et elle, se sont connus il y a maintenant une dizaine d’années. Elle m’apprit qu’elle avait 16 ans lorsqu’elle le rencontra pour la première fois. Elle en est tombée amoureuse immédiatement. Il ne faisait pas encore de concert mais allait de pub en pub pour jouer de la musique. Il n’avait pas encore ce look mais plutôt un style plus discret, plus romantique.

    Elle avait déjà quelques dons et en général on la prenait pour une sorcière. C’est pour cela qu’elle avait choisi un style entre le gothique du moment et la new wave des années 80. Ils avaient sympathisé immédiatement, parlant surtout de musique. Claire allait le voir dès qu’ils se produisaient aux alentours. Ils passaient des soirées ensemble et lorsqu’elle s’était enfuie de chez elle, il l’avait pris sous sa coupe jusqu’à ce qu’il arrive à la convaincre de rentrer chez elle. Elle, elle voulait vivre avec lui, elle lui avait dit qu’elle l’aimait mais lorsque pour le retenir elle lui a prit la main elle a eu les visions de ce qu’il était vraiment. Elle aurait dû avoir peur, se sauver, appeler à l’aide mais au contraire elle est restée et lui a fait promettre de tout lui raconter si elle acceptait de rentrer chez ses parents. Chacun a tenu sa promesse et une profonde amitié a pris la place à une amourette de jeune fille. Du moins elle s’est transformée au fil des années. Elle savait tout de Raphaël et elle l’aidait quelquefois lorsqu’il avait besoin de savoir s’il pouvait faire confiance aux bonnes personnes. La dernière fois qu’elle lui avait parlé c’était le soir où il m’avait vu dans cette discothèque avec mon amie. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. C’était comme si je l’avais attiré comme un aimant. Mais Claire lui avait répondu qu’elle n’avait rien vu pour le moment, qu’elle l’appellerait dès qu’elle aurait du nouveau. Et si il ne l’avait pas fait c’est elle qui aurait repris contact à cause de ses rêves.

    - C’est vraiment moi que tu as vu dans tes rêves ?

    - Une vraie copie conforme.

    - Est-ce qu’il y a des choses que tu ne nous a pas encore appris ?

    - Oui.

    - Est-ce important ?

    - Pour toi oui. Quel est le prix à payer pour Raphaël ?

    - Quoi ? Je ne comprends pas.

    - Tu le comprendras bien assez tôt. C’est une proposition, et c’est la seule que tu auras.

    - C’est toi ou Raphaël ? Soit tu te sacrifies pour le sauver, soit c’est lui qui mourra pour te laisser la vie sauve.

    - Mais même si je meurs il mourra également.

    - Bien sûr que oui mais la souffrance que ça lui procurera sera ma récompense.

    - Je croyais que tu ….

    - Que j’étais une amie ? Non ! Je ne laisserais jamais Raphaël à quelqu’un comme toi. Comme il ne veut pas de moi, il n’appartiendra à personne.

    - Mais ce que tu as dit ?

    - Que vous alliez être parents ? C’est la vérité ! Je l’ai vu et c’est ce qui me fait agir.

    - Tu ne t’en sortiras pas ! Raphaël a dû entendre notre conversation, il va arriver.

    - Non ma chère il ne viendra pas à ton secours. J’ai oublié de te dire que les vampires qu’il reçoit sont des hommes d’Hector.

    - Tu mens ! lui dis-je en la poussant pour aller rejoindre Raphaël.

    - Où vas-tu comme ça ? Je n’en ai pas terminé avec toi. Je dois encore te dire une chose.

    Elle s’approchait de moi, m’agrippait les cheveux et me dit à l’oreille.

    - Ce n’est pas moi qui vais te faire la peau, c’est Hector.

    Elle riait quand elle a ouvert la fenêtre. J’ai voulu crier à l’aide mais elle m’a assommé avant que j’en ai eu le temps.

     

     

    05.wir.skyrock.net14

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :