•  
     

    iris
     
     
    CHAPITRE 31
     


    Je ne saurais expliquer ce que je ressentais à cet instant. Je marchais à côté de Raphaël, nos mains emmêlées avec douceur. Mon regard se portait sur ce que j’avais devant moi. Il y avait sans doute plusieurs dizaine de vampires autour de moi. Certains nous regardaient comme si nous étions des dieux vivants et d’autres leurs regards noirs me transperçaient me faisant frissonner.

    Au loin je distinguais un homme seul, Hector. Je ne le voyais pas nettement mais son souvenir était ancré en moi et sa silhouette me rappelait de mauvais souvenirs.

    Calum est venu à côté de moi et m’a stoppé dans mon élan de suivre Raphaël. Ce dernier s’est approché et m’a embrassé langoureusement et intensément. Nos lèvres avaient du mal à se détacher l’une de l’autre et c’est en fermant les yeux qu’il a repris sa route vers son bourreau.

    Calum me tenait fermement par la taille sachant que je ferais tout pour rejoindre celui qui faisait battre mon cœur.

    - Léna reste tranquille. Je lui ai promis tu comprends. Il te veut en sécurité pour pouvoir agir sereinement, me chuchota-t-il à l’oreille.

    Je restais donc près de lui, tremblante.

    Seulement Hector qui avait vu et compris ce qui se passait en a décidé autrement. En peu de temps il y avait autour de nous des vampires de son clan qui me demandait expressément de les suivre.

    Calum les a regardé d’un œil mauvais et ne me lâchant pas est venu avec nous.

    J’avais peur pour lui plus que pour moi-même car il avait défié devant nombre de vampires l’autorité d’Hector. Cependant je n’ai rien dit qui aurait pu empirer les choses. J’ai suivi sans dire un mot en essayant de faire en sorte que mes pas soient vifs et assurés.

    Raphaël ne posait pas de regard sur nous, ses yeux fixaient toujours Hector.

    - Bonjour Léna, me dit Hector d’une voix mielleuse.

    - Bonjour ! dis-je sèchement.

    - Raphaël pourquoi ne voulais-tu pas que cette charmante demoiselle s’approche ? Aurais-tu peur pour elle ?

    - Elle est la seule humaine ici et tu sais très bien qu’ici certains ne peuvent pas se retenir devant une odeur aussi alléchante.

    - Tu as raison son odeur est alléchante mais elle a sensiblement changé depuis notre dernière rencontre. Léna ton début de transformation te va à ravir.

    - Et en quoi ça vous concerne ?

    - Tu as tout à fait raison, tu n’arriveras pas au terme de ta transformation vu que je t’aurais mis à ma merci bien avant que cela n’arrive. Et franchement je te préfère en humaine obéissante et soumise qu’en vampire avec un sacré tempérament.

    - Et moi je préfère être morte que de me soumettre à un être aussi horrible que vous.

    Sur ces mots je reçus une gigantesque claque qui m’a fait atterrir sur le sol à quelques mètres de là. Je me tenais la joue alors que Calum m’aidait à me relever sous les yeux furieux de Raphaël. Il serrer ses mains par la colère.

    - C’est la dernière fois que tu la touches, cria Raphaël. Je ne suis plus ton sujet. Je suis libre et en touchant celle qui est ma femme tu m’as insulté. Es-tu prêt à me demander pardon pour ce que tu as fait ?

    Hector riait comme un aliéné. Sa voix raisonnait tout autour de nous. J’entendais un brouhaha dans l’assemblée. Etait-ce bien ou mal ? je ne le savais pas n’entendant pas ce qui se disait à côté de moi.

    Puis tout est passé très vite. Raphaël et Hector était entré en action. Ils étaient si rapides que j’avais beaucoup de mal à suivre les actions. Je supposais que les échanges étaient violents car les bruits et les visages qui m’entouraient ne se montraient pas d’un calme absolu.

    Mon cœur battait rapidement, un peu trop d’ailleurs. Le flou s’est arrêté net montrant Raphaël en mauvaise posture. Hector le tenait à la gorge. Il avait l’air d’un fou et sûr de lui. Mais Raphaël me semblait plus fort et pris à nouveau le contrôle en faisant projeter le corps d’Hector dans les airs.

    Les échanges de coup se succédaient sans trouver pour l’instant un gagnant ou un perdant. Malgré ça je voyais bien que Raphaël par son jeune âge et sa force nouvelle prenait de plus en plus le dessus sur son « créateur ». Je n’osais pas me réjouir car je savais qu’Hector essaierait par tous les moyens de reprendre les rênes même si pour ça il lui fallait faire des choses pas très correctes.

    Je n’arrivais pas à savoir depuis quand cela durait tellement mon esprit était dans l’action. Et puis il a fallu ce regard pour que tout bascule. Celui-là même qui a permis à Hector de prendre l’avantage. Il n’aurait pas dû me chercher dans la foule.

    Hector le tenait à la gorge, moyen je supposais de détruire un vampire. Raphaël était allongé sur le sol et Hector un genou à terre le tenait fermement l’empêchant de se relever. Je savais qu’il serrait de plus en plus fort et que Raphaël était en danger. Calum s’était rapproché de son ami, moi aussi.

    Puis d’un geste sûr Hector a pris de ses deux mains la tête de Raphaël alors que je criais derrière lui et me jetais sur mon vampire.

    - Tu as raison Léna. Je ne dois pas lui arracher sa jolie tête avant qu’il ne te voit à ma merci. Tu as perdu, Léna m’appartient, dit-il à Raphaël toujours à terre et affaibli.

    D’un geste vif il m’a pris le bras et nous a remis debout. Je ne quittais pas Raphaël des yeux. Son visage était encore plus pâle qu’à son habitude et il essayait de se redresser.

    Hector a mis ses deux mains de chaque côté de mon visage me forçant à le regarder. Je lui crachais à la figure sous les approbations de la foule qui déstabilisait cet être horrible qui m’emprisonnait.

    Ses yeux me fixaient et j’essayais de prendre le petit poignard que j’avais caché dans la poche de mon pantalon pour mettre fin à ma vie comme je l’avais toujours dit. Mais je n’y arrivais pas, Raphaël n’était pas encore mort et c’était pour moi la dernière occasion de lui redonner un avantage en enfonçant l’objet de mes recherches dans le corps de mon ennemi.

    - Es-tu prête à recevoir le pouvoir de l’Iris jeune Léna ? dit-il haut et fort devant l’assemblée. Par le résultat du combat tu m’appartiens et je t’ai gagné.

    - Non ! Vous n’avez pas gagné, Raphaël n’est pas mort et tant qu’il sera en vie je lui appartiendrais.

    - Mais dans un instant tu ne sauras même plus qui il est. Raphaël dis-lui adieu.

    Ce fut un déchirement pour Raphaël et son cri me glaçait le sang alors qu’Hector entrait par force dans mon regard. Mais ce que je n’avais pas prévu c’est qu’il me lâcha brusquement se tenant les yeux dans un cri horrible. Je n’arrivais pas à croire ce que je voyais, il était en train de prendre feu de l’intérieur. Que lui arrivait-il ?

    Raphaël s’est approché de lui et lui a arraché la tête avant de se tourner vers la foule pour montrer l’objet de sa victoire tandis que le reste de son corps s’enflammait devant nous. La joie se diffusait autour de nous alors que je restais immobile ne sachant toujours pas ce qui venait de se passer.

    Calum s’est approché de moi ainsi que plusieurs personnes mais il leur était impossible de m’approcher. C’était comme si j’étais entourée d’électricité.

    Raphaël s’est alors tourné vers moi et a laché la tête d’Hector des ses mains pour accourir avec inquiétude.

    - Ne t’approche pas, lui dit Calum.

    Mais il n’en a fait qu’à sa tête et s’est approché jusqu’à ce que je me retrouve dans ses bras. Il avait réussi à franchir la barrière qui me protégeait comme si lui seul avait le secret de ce mystère.

    - Qu’est-ce qui s’est passé ? soufflais-je en me collant contre son torse.

    - Je ne sais pas mon amour. Le principal s’est que nous sommes libres. Nous avons gagné Léna.

    La foule scandait nos noms comme si nous étions des êtres extraordinaires. Raphaël me tenait maintenant par la taille et souriait à l’assemblée de vampires.

    La légende était née et nous étions l’équilibre de ces deux mondes qui étaient ce que j’étais encore un peu et ce que je serais bientôt.

     

     

    05.wir.skyrock.net16

    votre commentaire
  •  
     

    iris
     
     
    CHAPITRE 32




    La journée et la nuit suivante ont été longues et éreintantes. Nous étions le centre d’intérêt du côté des vampires alors que nous restions dans l’anonymat dans le monde des humains.

    J’étais épuisée, Raphaël également, enfin je pense que c’était plutôt la faim qui lui donnait cet air si faible, mais nous n’arrivions pas à échapper à l’ivresse d’une nouvelle ère.

    Il était 4 heures du matin lorsque Calum est arrivé avec la voiture afin de nous ramener à Londres. Nous étions à l’arrière du véhicule, bercés par le silence qui nous avait tant manqué. Dans les bras de Raphaël je me laissais aller et je m’endormais ne pouvant résister une minute de plus.

    - Léna ! Réveille-toi ! Nous sommes à la maison, me dit-il doucement et en me caressant la joue.

    - Hummm….

    J’ai senti qu’il me portait mais j’étais trop fatiguée pour réagir. Je ne savais plus l’heure qu’il était, ni le jour où nous étions. Je me demandais combien de temps j’avais dormi ce qui m’a fait réagir quelque peu.

    Je voulais discuter de certaines choses mais il m’a demandé d’attendre le lendemain. J’ai acquiescé d’un signe de tête et je me suis rendormie au moment où ma tête s’est posée sur l’oreiller.

    Le jour et le soleil entraient dans la pièce alors que j’ouvrais doucement les yeux. Je regardais à côté de moi mais Raphaël n’y était pas. Je me suis affolée me rappelant la même scène, le jour où il avait disparu.

    J’allais me lever lorsque je l’ai vu assis sur un fauteuil près de la fenêtre.

    - Bonjour ma belle au bois dormant. Je commençais à me demander si tu allais te réveiller.

    - Tu m’as fait peur ! Je croyais que tu m’avais encore une fois laissé, lui dis-je le cœur battant et le souffle court.

    Il s’approchait rapidement de moi et m’a pris dans ses bras.

    - Plus jamais je ne te quitterais, je te le jure. J’ai une surprise pour toi.

    - Une surprise ?

    - Regarde sous ton oreiller.

    Je me suis dépêchée de plonger ma main et j’en ai sorti un écrin en velours bordeaux. Je l’ai ouvert fébrilement et j’y ai vu la plus jolie des bagues enfin je dirais plutôt la plus jolie des alliances.

    - C’est ce que je crois, lui demandais-je.

    - Oui mon amour. Tu es officiellement ma femme. Nous ferons très bientôt une grande fête si tu le désires.

    - Approche c’est au mari de la mettre au doigt de sa femme. Mais il t’en faut une, dis-je en le regardant.

    Mais il me montrait déjà un anneau identique au mien dans le creux de sa main.

    - Je vois que tu as pensé à tout ! lui dis-je en tendant ma main pour qu’il puisse y déposer l’anneau.

    - Oh non ! Je n’ai toujours pas compris ce qui était arrivé à Hector. Tu es prête à en parler.

    - Non ! J’attends toujours de devenir ta femme.

    Avec un sourire il m’a pris la main alors que je tendais mon doigt, prête à recevoir ce symbole d’amour éternel. Elle m’allait à la perfection et mon cœur chantait de bonheur. Je lui ai mis délicatement le sien tout en rajoutant.

    - Je peux te demander quelque chose ?

    - Oui, tout ce que tu veux.

    - Est-ce que l’on pourrait se marier officiellement dans le monde des hommes ?

    - Ça te ferait plaisir ?

    - Essaie de comprendre, je suis encore humaine et je veux vraiment que ces anneaux prennent leur signification.

    - Tu comprends qu’il nous faudra prendre certaines précaution. Vu mon grand âge nous aurons à détourner un peu la loi au niveau administratif. Et puis j’ai oublié de te dire que je ne peux pas entrer dans une église, ça nous est impossible.

    - Ohhh !!! Mais je ne veux pas d’un mariage religieux. Je veux quelque chose de discret et intime. Juste nous et le groupe. Nous demanderons à Calum d’être notre témoin. Dis-moi que tu es d’accord, lui dis-je d’un air boudeur.

    - Je te l’ai dit tu auras tout ce que tu veux. Mais à mon tour d’émettre une condition.

    - Laquelle ?

    - Tout ce qui est à toi est à moi. Je ferais le nécessaire pour que tout ce que je possède soit à toi. Tu sais au cas où quoi !

    - Je ne suis pas sûre….

    - Promets !

    - Je te le promets.

    Il m’embrassait avec tendresse et amour. Je l’avais rendu heureux.

    Ce qui nous est arrivé ensuite nous a surpris plus que nous l’aurions voulu. La chaleur m’entourait mais ça j’en avais l’habitude, j’arrivais à voir les images des pensées de Raphaël alors qu’en temps normal je ressentais plutôt des sensations.

    - Tu crois que je vais avoir certains pouvoirs ? lui demandais-je après nos baisers.

    - Je ne sais pas. Mais pendant que nous nous embrassions j’ai eu une drôle de sensation.

    - Laquelle ?

    - C’est dur à expliquer. C’était comme si ma propre chaleur m’enveloppait également et j’ai vu dans ton esprit, j’ai eu une vision.

    - Ohhh !!! Et qu’est-ce que tu as vu ?

    - J’ai vu combien tu m’aimais. Et puis j’ai vu ………….. j’ai vu nos enfants.

    - Quoi ? Mais …

    - J’ai vu ce qu’ils avaient fait à Hector. C’est eux qui l’ont tué, ils nous ont protégés. Léna, tu es enceinte mon amour.

    - Mais c’est impossible. Et même si c’est le cas ils ne peuvent pas faire ce que tu viens de dire, ils sont trop petits.

    - Ils sont puissants. C’est incroyable. Mais j’y pense pourquoi tu as dit ils sont trop petits ? C’est comme si tu le savais déjà.

    - Je m’en doutais un matin je me suis réveillée et je me suis sentie mère.

    Il m’a pris encore une fois dans ses bras me chuchotant des « je t’aime ».

     

     

    05.wir.skyrock.net14



     

    Raphaël




    Voir mes enfants avait été un moment magique. J’étais à la fois heureux et inquiets de leur puissance. Ils avaient protégés en premier lieu leur mère et avaient empêché le pouvoir de l’Iris d’agir. Voilà pourquoi aussi j’avais été le seul à traverser la barrière autour de Léna à ce moment là, seul moi, leur père pouvait franchir le mur qu’ils avaient dressé.

    Un vampire n’a pas de tel pouvoir mais la légende nous disait que nous mettions au monde des êtres exceptionnels, de nouveaux êtres qui changeraient le monde.

    Cela faisait un mois maintenant que nous avions appris la nouvelle et tous les matins je me réveillais dans les bras de Léna ma main posée sur son ventre. Je m’inquiétais sans cesse de sa santé car bien évidemment nous ne pouvions pas aller voir un médecin. Nous devions gérer cette grossesse seuls.

    J’avais réussi à faire en sorte que nous vivions une vie normale. Parce que je ne vous ai pas dit mais pour le monde des vampires nous étions devenus comme leurs souverains.

    Notre mariage a été célébré dans une toute petite ville assez éloignée de la capitale et comme promis en petit comité. Calum veillait sur Léna comme un grand frère et il était encore plus protecteur depuis que nous lui avions annoncé qu’elle était enceinte.

    Nous habitons dans une maison construite dans un endroit calme à la campagne. La sécurité nous avait causé quelques problèmes mais tout était arrangé maintenant.

    La semaine prochaine avec le groupe nous reprenons le chemin des tournées. Le nouvel album vient de sortir et le succès est encore au rendez-vous. Cependant il y avait un changement, nous avions annoncé aux humains notre mariage. Il n’y avait plus de mystère du moins de ce côté-là. Nous avons eu peur que cette révélation ait des répercutions sur Léna mais en fait tout c’est très bien passé.

    Léna nous accompagnait bien évidemment car je ne pouvais plus être une journée sans la voir et puis elle était toujours la source de mon alimentation. Comment allais-je réagir lorsqu’une fois transformée elle aurait changé de goût ? Son sang serait-il aussi précieux que le mien ? Un nectar rare sans doute. Mais il me restait du temps pour cela, elle ne deviendrait éternelle qu’une fois qu’elle aura mis au monde nos enfants.

    J’étais le plus heureux des vampires et je profitais de chaque jour de bonheur tant que j’en avais encore car bien sûr nous rencontrerons d’autres problèmes, nous aurons certainement à faire à d’autres vampires comme Hector mais ce serait sans doute dans des dizaines d’années voir des centaines. Nous serons prêts à nous battre pour garder notre bonheur intact.


     

    FIN
     
     
     
    3109480475_1_17_HG1UGvL7

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique