• L\'incroyable destin de June St John - Chapitre 13

     

     

    05.wir.skyrock.net1

     

    05.wir.skyrock.net3

     

    Chapitre 13

     

    Lorsque je suis descendue à la cuisine une bonne odeur de chocolat et de crèpes se répandaient dans la maison. Mon grand-père me préparait le petit déjeuner en chantonnant. J’étais rassurée de voir qu’il ne m’en voulait pas trop pour mes paroles de la veille.

    -          - Bonjour jeune fille, on ne va pas partir au lycée le ventre vide. Assieds-toi, tout est prêt.

    -          - Merci c’est vraiment gentil.

    -          - Ça m’a fait plaisir.

    -          - C’était quoi la chanson que tu fredonnais ?

    -          - Oh une petite rengaine des années 50.

    -          - J’avoue que les tubes de ces années là c’est pas trop mon truc.

    Nous nous sommes regardés et nous avons ris. Ça faisait vraiment du bien.

    Après m’être gavée comme une oie, j’ai embrassé mon grand-père et j’ai pris le chemin du lycée. Je savais que je ne pourrais pas m’approcher de Zakhiel mais je voulais juste l’apercevoir. Carla m’attendait devant le lycée, elle était seule.

    -          - Lucy n’est pas avec toi ?

    -          - Non, elle avait des choses à faire aujourd’hui. Des trucs de famille je crois. Dis donc tu es partie drôlement vite hier. J’ai juste eu le temps de voir l’arrière de ta voiture.

    -          - Je ne roulais pas si vite que ça !

    -          - Non, je veux dire que tu ne nous a pas attendu. Nous avons demandé à Nathan mais il ne savait pas non plus où tu allais.

    -          - J’avais quelques courses à faire et puis mon grand-père avait besoin de moi pour ses recherches, je voulais être à jour dans mes devoirs avant d’aller le rejoindre.

    Nous avons continué à parler jusqu’au cours de Maths. Le prof était déjà là et il nous demandait de nous dépêcher pour nous rendre à nos places.

    Toute la journée j’ai cherché du regard Zakhiel. Il n’était nulle part, pourtant il m’avait dit qu’il serait là aujourd’hui. J’avais dû mal à comprendre. J’avais un mauvais pressentiment, pourvu qu’il ne lui ait  rien arrivé. Lucy n’ont plus n’était pas là aujourd’hui. Je ne voulais pas me faire des idées. Je demanderais à Zakhiel je sais qu’il ne me mentira pas. Et puis je peux lire dans leurs pensées.

    Je quittais le lycée avec Carla j’avais promis de la déposer. Je voulais rentrer. Mais je désirais encore plus aller voir dans la cabane de Zakhiel. Je voulais savoir si il s’y trouvait. J’avais besoin de le savoir sain et sauf. Je ne sais pas pourquoi  mais je sentais qu’il le fallait.

    Après avoir déposé mon amie, je pris machinalement, ou pas, le chemin de la vieille maison en ruine.

    Je ne pensais pas qu’il y était car il m’aurait entendu arrivé. J’ai garé ma voiture au même endroit et j’ai mis la bâche dessus. J’ai avancé prudemment à travers les murs et les pierres qui jonchaient le sol. Je suis arrivée en haut des marches, j’avais le cœur qui battait et je respirai péniblement. Et si on m’attendait en bas. Si c’était un piège. Le bon sens me disait de faire demi-tour mais mon cœur me disait d’avancer.

    J’ai descendu marche après marche en essayant de ne pas faire de bruit. Lorsque je suis arrivée dans la pièce tout était détruit, comme si il y avait eu une bagarre. Quelques bougies étaient encore allumées mais elles n’étaient pas assez nombreuses pour éclairer suffisamment la pièce. Je sentais les larmes montées, je m’inquiétais pour Zakhiel. J’ai cherché dans la pièce une trace, un indice mais rien.

    J’avais une sensation bizarre. Quelque chose me réchauffait. Je me suis rendue compte que c’était mon collier, celui que Zakhiel m’avait offert. Je l’ai retiré pour mieux le regarder, il luisait. Etait-ce normal ? Je n’avais pas remarqué qu’il luisait dans le noir.

    Je suis sortie de la maison pour me diriger vers ma voiture. La pierre ne luisait plus. Je me suis retournée vers la maison elle s’est mis à rougir plus intensément. Qu’elle était cette magie ? Je n’en avais pas entendu parler. Pourtant j’avais pratiquement tout lu sur les éléments et les pierres utilisés pour les sorts mais là j’entrais en territoire inconnu.

    Je me suis dirigée vers l’arrière de la maison. Trois chemins se présentaient. Lequel choisir ? J’ai pris celui du milieu et j’ai remarqué que la pierre de mon collier ne luisait plus. J’ai alors pris celui de gauche, il ne luisait toujours pas. J’hésitais à prendre celui de droite, ce qui était arrivé à mon collier venait peut-être de moi, un autre don que je ne comprenais pas encore. J’allais retourner à la voiture quand j’ai eu le sentiment que l’on m’appelait. J’ai pris le chemin de droite et la pierre de mon collier s’est éclairée. Cette fois-ci j’avais compris. Le collier m’indiquait la direction à suivre un peu comme les sourciers lorsqu’il cherchait de l’eau. J’ai tendu devant moi la chaine et sa pierre et j’ai suivi ses indications pendant au moins une demi-heure. J’espérais pouvoir retrouver mon chemin car je n’avais pas toujours le sens de l’orientation. J’ai essayé de prendre des repères et lorsqu’il n’y en avait pas j’en fabriquais un. J’avais peur de ce que j’allais trouver. J’étais sûre que le collier me dirigeait vers quelque chose mais ami ou ennemi ? Là était la question.

    La pierre m’a dirigé vers un tas de buisson. J’avais l’impression d’être au bout du chemin. Mais il n’y avait rien. Nous étions à la lisière d’une forêt intense et je n’avais pas du tout l’intension d’y entrer. Et puis c’était comme me jeter dans la gueule du loup.

    Et puis j’ai entendu un bruit. Mon cœur s’est arrêté.

    -          - June

    C’était la voix de Zakhiel. Elle était comme dans un murmure. La voix venait du buisson. Je me suis agenouillée et j’ai commencé à écarter les branches. Et je l’ai vu tout recroquevillé, il était en piteux état. On l’avait beaucoup frappé, il avait des hématomes partout, ses vêtements étaient en partie déchirée. Il n’avait pas l’air conscient. Mes larmes coulaient le long de mes joues. Je ne savais pas comment m’y prendre. Je ne savais si il se rendait compte que j’étais là. Et si il me prenait pour ceux qui l’avaient attaqué ?

    -          - Zakhiel, c’est moi. Je suis là.

    -          - June, ils savent pour nous.

    -          - Chut ! Viens avec moi.

    -          - June, c’est bien toi ?

    -          - Oui, je suis là. Est-ce que tu peux bouger ?

    -          - June laisse-moi, part s’ils reviennent je ne pourrais pas te protéger, je suis si faible.

    -          - Non je ne te laisse pas. Essaie de sortir d’ici, je vais essayer de t’aider.

    -          - J’ai tellement mal.

    -          - Je sais mon amour.

    -          - Il est là, June il est revenu.

    -          - Qui Zakhiel ? Qui est revenu ?

    -          - Mon père.

    -          - On en parlera plus tard. Aller viens.

    Tant bien que mal j’ai réussi à le ramener dans ma voiture. Je ne savais pas ce que j’allais faire, tout ce que je voulais c’est emmener Zakhiel loin d’ici.

    Il souffrait beaucoup. Je l’entendais gémir. Il était très faible aussi. Qu’est-ce que je pouvais faire ?

    Tant pis je prends un énorme risque mais je l’emmène chez mon grand-père. Si il m’aime vraiment il comprendra. Je savais aussi que Zakhiel était en danger et je devais le sauver.

    J’ai garé ma voiture le plus près possible de la porte de derrière et j’ai été cherché mon grand-père.

    Lorsqu’il a vu le corps de Zakhiel, j’ai été surprise de sa réaction.

    -          - Qu’as-tu fait ma petite fille ? Tu ne te rends pas compte des conséquences si tu as tué ce..

    -          - Ce vampire ?

    -          - Tu le savais ?

    -          - Oui. Mais ce n’est pas moi qui l’ai mis dans cet état. Il faut que je t’explique mais promets-moi de ne pas te mettre en colère.

    Mon grand-père faisait les cent pas autour de la voiture. Il n’a toujours pas dit un mot depuis mes explications. Je n’avais pas eu le choix que de tout lui raconter. Même si je ne devais plus jamais revoir Zakhiel il fallait que je le sauve comme il l’avait fait pour moi.

    -          - Es-tu sûr que ce soit lui qui t’a sauvé ?

    -          - Oui. J’ai oublié de te dire une chose. Je peux lire en lui.

    -          - Quoi ? Mais c’est impossible.

    -          - Je ne sais pas pourquoi mais je te dis la vérité. J’ai revu la scène du jour de l’incendie et il m’a dit la vérité.

    -          - C’est vraiment bizarre. C’est la première fois que j’entends une histoire pareille. De tous les ouvrages que je possède et que j’ai lu, jamais aucun enchanteur n’a pu lire les pensées des êtres du mal.

    -          - Nous essayerons de comprendre plus tard. Veux-tu m’aider oui ou non ?

    -          - Oui. Je vais t’aider à le porter à l’intérieur, on va le mettre dans la chambre d’ami.

    -          - Merci.

    -          - Tu aimes vraiment ce garçon ?

    -          - Je sais que ce n’est pas une chose normale mais oui je l’aime.

    -          - C’est pour ça que tu voulais que j’accepte tes choix.

    -          - Oui. Je voulais te préparer pour le jour où je t’en parlerais.

    -          - Mais tu n’avais pas envisagé dans de telle circonstance.

    -          - Non.

    -          - Est-ce qu’il risque de nous attaquer ?

    -          - Je ne le crois pas. Je sais qu’il ne me fera aucun mal. Je le surveillerais, je m’occuperais de lui. Je ne te décevrais pas. Promets-moi de ne pas parler de lui pour l’instant.

    -          - C’est promis. Mais vu son état il va lui falloir du sang pour qu’il guérisse. Il est hors de question que je prenne un humain pour le voir mourir.

    -          - Je sais qu’il peut se nourrir d’animaux mais j’ai une idée, je ne suis pas sûre mais il faut que j’aille au lycée demain. Tu pourras le surveiller ?

    -          - Oui. Je te fais confiance. Du moins j’essaie.

     

    Une fois Zakhiel installé mon grand-père s’est retiré me laissant seule avec celui que j’aimais. Je savais que je n’avais pas le droit à l’erreur mon grand-père m’aidera mais jusqu’à un certain point et j’en étais consciente.

    Je carressais doucement les cheveux de Zakhiel comme je lui avais fait dans sa pièce secrète. Enfin quand elle était encore secrète.

    Il a ouvert tout doucement les yeux et je pouvais y lire de la tristesse.

    -          - June, où je suis.

    -          - Chez mon grand-père.

    Je voyais qu’il commençait à s’agiter. J’ai posé mes mains sur ses épaules afin de l’empêcher de bouger.

    -          - Ne t’inquiètes pas il sait tout et il a bien voulu que je m’occupe de toi.

    -          - Je ne peux pas rester. Si je reste ici vous êtes en danger.

    -          - Tu oublies que tu es dans une maison d’enchanteur. Nous serons en sécurité un certain temps. Sinon je vais te demander un service.

    -          - Je ne sais pas si j’aurais la force.

    -          - C’est juste que demain je dois aller au lycée et mon grand-père a un peu peur que tu dois te nourrir. Je veux que tu sois franc avec moi. Mon grand-père ne risque rien ?

    -          - Non. Je ne suis pas un meurtrier. Je me nourris que sur des personnes consentantes. Je préfèrerais mourir plutôt que prendre le risque de perdre ton amour. Je te promets que je ne ferais aucun mal à ton grand-père.

    -          - Repose-toi mon amour, je veille sur toi.

    Il ferma les yeux. Je restais là à le regarder. Au moins pour cette nuit il était en sureté.

     

    3109038937_1_19_iDLPFjuA

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :