• Dans le ciel de Londres - Chapitre 16

     

     

    ciel

     

    CHAPITRE 16

     

    Il avait l’air contrarié, quelque chose le dérangeait. Allait-il venir frapper à la porte ? Angel était nerveux, il tournait dans la pièce et ses poils étaient toujours aussi hérissés.

    Mon portable s’est mis à vibrer dans la poche de mon pantalon.  J’ai sursauté je n’avais toujours pas l’habitude d’en avoir un mais il m’était surtout utile pour le boulot. Je regardais le message c’était Judith qui me disait qu’elle avait été obligé de donner ma nouvelle adresse à Guillaume.

    Je montrais le message à Simon qui me fit signe de le suivre.

    Nous sommes montés à l’étage, et nous nous sommes installés sur le lit.

    -          - Est-ce vrai ce que tu as dit à Angel, ils ne peuvent pas entrer dans l’appartement ?

    -          - Seulement les démons. Les anges, eux, pourraient y entrer comme bon leur semble.

    -          - Super ! ça me rassure ! Est-ce que tu communiques avec mon chat ?

    -          - Je croyais que tu l’avais déjà deviné.

    -          - C’est le cas, je voulais juste une confirmation. Qu’est-ce qu’on va faire ?

    -          - Le confronter.

    -          - Quoi ? Mais s’il te fait du mal ?

    -          - Non. Et puis il faut qu’il sache que tu m’appartiens.

    -          - Je ne suis pas une chose, dis-je brutalement.

    -          - Je le sais ma douce mais pour lui c’est ce que tu es et il ne comprend que ce langage.

    -          - Tu crois qu’il a fait du mal à Judith ?

    -          - J’espère que non. Il va falloir que je lui parle. Tu pourrais arranger ça ?

    -          - Ok. Mais là tout de suite qu’est ce qu’on doit faire ?

    -          - Et bien nous allons manger, nous préparer et sortir pour aller bosser. Il ne faut pas le laisser avoir le contrôle.

    -          - C’est plus facile à dire qu’à faire.

    -          - Je sais. Allez viens descendons prendre ce festin.

    Je regardais vers l’extérieur, je ne voyais plus personne. Mais je savais qu’il était encore là quelque part à attendre. Si il avait questionné Judith il savait que je devais me rendre au journal. Il devait être dans un coin dans la cour, je regardais Angel, il me donnait la confirmation que je cherchais.

    Il était 16 heures et nous étions prêts à sortir. Simon prit mon visage entre ses mains et me fit le plus doux des baisers.

    -          - Tu es forte ma douce et puis je ne te quitterais pas. Nous allons sortir tranquillement et nous diriger vers la voiture. Ne dis rien qui pourrait lui faire penser que tu sais ce qu’il est, du moins pas dans l’immédiat.

    -          - Et s’il nous attaque ?

    -          - Non. Il va d’abord vouloir en savoir plus sur notre relation avant d’agir. Il est là seulement pour voir à quoi ressemble son adversaire. Il est fourbe et va concevoir un plan avant d’agir. Mais au cas où je me trompe tu cours à l’intérieur de l’appartement ça le bloquera.

    Nous sommes sortis l’air de rien, enfin presque. J’étais nerveuse mais je savais que Simon était près de moi ce qui me permettait de me détendre assez pour faire croire que tout allait bien. Simon portait mon matériel et après avoir fermé la porte du loft a mis son bras autour de ma taille.

    Nous discutions en prenant la direction de la voiture. Evidemment il nous fallait traverser entièrement la cour.

    Simon me serrait un peu plus fort contre lui en entendant des bruits de pas derrière nous.

    -          - Kathleen !

    Nous nous sommes retournés et Guillaume se trouvait là souriant. J’essayais de ne rien faire paraître, il fallait lui cacher le fait que je savais ce qu’il était.

    -          - Oh ! Salut ! Tu passais dans le coin ?

    -          - Oui, enfin non. Je dois me rendre dans le quartier où se situe ton boulot et je venais voir si tu avais besoin que je te dépose.

    -          - Merci c’est gentil. Pardon je ne vous ai pas présenté. Simon je te présente Guillaume un ami de Judith, tu sais ma collègue.

    -          - Oh oui bien sûr. Bonjour, dit-il en tendant une main à Guillaume.

    -          - Bonjour. On se connait ?

    -          - Peut-être. Vous savez je vois beaucoup de monde et par mon métier je fais quelques inaugurations de magasins, c’est sans doute lors de ces occasions que l’on a pu se voir.

    -          - Je ne crois pas ! dit-il assez sèchement et se retournant vers moi et d’une voix un peu plus enjôleuse, alors Kathleen je t’emmène ?

    -          - Non. Simon et moi avons quelques projets. Mais  merci d’y avoir pensé. Au fait comment as-tu eu cette adresse ? Simon et moi avons emménagé depuis peu.

    Je m’attendais à destabiliser quelque peu Guillaume mais il ne l’a pas montré. Il regardait Simon avec un tel regard que j’en frissonnais.

    -          - Notre amie commune a eu la gentillesse de me donner ton adresse. Je ne comptais pas être hors jeu comme ça.

    -          - Excusez-moi mais je vous trouve un peu culotté de draguer ma fiancée en ma présence.

    -          - Et bien rien ne vous empêche de partir, je ne vous retiens pas.

    -          G- uillaume je suis avec Simon et je suis très heureuse. Je t’ai déjà fait comprendre que tu ne m’intéressais pas. Je suis désolée, vraiment ! Maintenant je te demanderais de me laisser tranquille.

    J’avais essayé d’être sèche dans le ton mais j’avais senti cependant ma voix tremblée un peu.

    -          - Oh ! Tu crois ça. Sache que je n’ai jamais échoué. Lorsque je pars en chasse j’attrape toujours mes proies.

    -          - Je vous demanderais d’arrêter maintenant. Si vous ne partez pas je vais appeler la police. Vous êtes sur une propriété privée et vous n’y avez pas été invité. Je vous conseille de ne pas prendre à la légère mes menaces.

    La voix de Simon était monté d’un ton et il s’était montré très sûr de lui.

    -          - C’est qu’il mordrait ! Ha ! Ha ! Ha ! Allez-y  appelé la police moi de mon côté je parlerais à certaines personnes de ce que je viens de voir. Je crois qu’elles seront très intéressées par ce que je vais leur apprendre.

    Cette fois-ci je m’avançais pour me mettre entre les deux hommes. J’étais en colère.

    -          - Ça suffit Guillaume. Tu crois que tes menaces me font peur. J’aime Simon et tu ne pourras rien changer à cela même si tu cherches à lui faire du mal jamais je ne serais à toi. Tu me répugnes, ton soit disant charme ne fonctionne pas sur moi.

    -          - J’adore quand tu te mets en colère. Une vraie tigresse !

    Simon commençait à perdre patience, il tremblait de colère. Ses poings se refermaient je le sentais dans mon dos. Je ne voulais pas qu’ils en arrivent aux mains. Qui serait le plus fort le démon ou l’ange déchu ?

    C’est moi qui pris la décision de bouger. Je tenais maintenant la main de mon ange et l’entraînais avec moi vers la voiture. Je me suis retournée, il n’y avait plus personne.

    J’agrippais le volant et démarrais un peu trop rapidement. Mes tremblements m’empêchaient de conduire et Simon voulu prendre le volant. Je fis non de la tête. Il fallait que je me calme et conduire m’y aidait. Mes larmes coulaient sur mes joues. Simon les essuyait du pouce. J’avais peur, il le savait.

    -          - Je t’accompagne au journal, me dit-il doucement. Il faut que l’on parle à Judith. Je veux savoir si il a de l’emprise sur elle, ou s’il la menace de quoi que ce soit. Donne-moi ton portable je vais annuler mon rendez-vous. Il est hors de question que je te laisse seule aujourd’hui.

     

    3109434041_1_8_8xghh4TQ

     

     

    .....ooOoo.....

     

    POV de SIMON

     

    Je n’arrivais pas à enlever cette angoisse. Nous roulions vers le journal et je n’arrêtais pas de penser à notre altercation avec ce démon de Guillaume.

    Je n’ai pas aimé l’entendre parler comme ça à Kathleen. Ma colère était encore présente dans tout mon être et pourtant j’avais appris à maitriser ce genre de sentiments lorsque j’étais encore un ange. Au premier regard il s’est souvenu de ce que j’étais, de ce que j’avais été. Il a compris que la bataille serait plus compliquée que ce qu’il avait pensé. Il croyait qu’il allait affronter un simple humain et qu’il arriverait à le manipuler ou à le ridiculiser très facilement. Mais c’est à moi qu’il a à faire. Et je ne le laisserais pas m’enlever Kathleen.

    Je savais qu’elle avait peur mais elle avait assuré, j’étais fier d’elle. Je voulais prendre le volant mais je n’ai pas insisté lorsqu’elle a fait non de la tête. Je voulais tellement la prendre dans mes bras, la couvrir de baisers mais dans ce véhicule je ne pouvais que lui enlever du pouce les larmes qui s’échappaient de ses yeux remplis de crainte et de tristesse.

    Il fallait que je voie l’amie de Kathleen, Judith. Je voulais savoir jusqu’à quel niveau Guillaume avait de l’emprise sur elle, il fallait que je sache si Kathleen était en sécurité lorsqu’elle était au journal. Guillaume pourrait très bien attirer Kathleen par le biais de Judith, je savais qu’il en était capable.

    Au moins elle était en sécurité dans le loft et ça me rassurait quelque part. Guillaume ne pourrait jamais y entrer ni aucun autre démon. J’avais pris la bonne décision en lui demandant de venir vivre avec moi.

    Je savais dès le début que notre bonheur ne serait qu’éphémère mais personne n’est plus heureux que moi de l’avoir partagé avec elle.

    Je chassais mes idées noires, il me fallait agir.

     

    05.wir.skyrock.net

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :